Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

   

banniere3

Compétition - Santé Loisir - Handicap

 
 
31 SainteLuce

top b

Moyen pas très "catholique" pour supprimer top-b de la template : - creation du module et ne l'assigner à aucun support (deskop, tablette, mobile).

Le solution doit être dans les .css de la template mais je n'ai pas trouvé!

Joel

top c

Moyen pas très "catholique" pour supprimer top-c de la template : - creation du module et ne l'assigner à aucun support (deskop, tablette, mobile).

Le solution doit être dans les .css de la template mais je n'ai pas trouvé!

Joel

top d

Moyen pas très "catholique" pour supprimer top-d de la template : - creation du module et ne l'assigner à aucun support (deskop, tablette, mobile).

Le solution doit être dans les .css de la template mais je n'ai pas trouvé!

Joel

2020 07 - Les tribulations d'un breton ligérien chez les soviets...

Yvon Riou, coureur au sein de la section, nous propose un retour sur le semi-marathon qu'il a couru le 8 mai 2019 à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord

"Les tribulations d’un breton ligérien chez les soviets rouges et jaunes le 8 mai 2019

Paris, New-York, Berlin, Londres … Pourquoi pas, les références en matière de hors stade bitumé.

Mais franchement pas très exotique,

Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure et à défaut, le diable, en l’occurrence le dernier dictateur rouge de notre planète, Kim Jung Un, commandant suprême du Pays du Matin Calme Nordiste, DPRK pour les initiés.

Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, organise depuis 2014 une manifestation sportive internationale hors stade, avec au programme 5 km, 10 km, semi et marathon. Il est vrai que le label de l’évènement, dans le classement « IAAF label road races », n’est que « Bronze », à savoir que tout n’est pas rose chez les rouges – jaunes.

Comment s’y rendre ?

Pour rejoindre les rouges et-jaunes, il faut montrer pattes blanches. Passage obligé par une agence ayant pignon sur rue en Chine, le grand frère, même si celle que nous avons retenue, la plus importante, est, en fait, gérée par des anglais. Si vous vous déclarez non-journalistes, non coréen du sud et non espion, vous êtes éligibles. Bizarrement, ce sont les occidentaux qui pinaillent le plus (notre fils travaillant en Corée du Sud dans un secteur assez stratégique et un dirigeant de Total Corée du Sud, ont eu plus de difficultés avec leur entreprise qu’avec les autorités coréennes nordistes). Pour ma part, on m’a, quand même, demandé des précisions sur mon activité professionnelle, pourtant peu subversive.

Voyage :

Aller : Avion Pékin – Pyongyang (1h)

Retour : train Pyongyang – Pékin (24h, pas de TVG, mais une robuste locomotive russe)

Combien ça coûte ?

1 200 euros pour 4 jours, tout compris : déplacements Pékin – Pyongyang - Pékin, hôtel luxueux, repas, inscription marathon, visites touristiques.

Programme de visite :

Très chargé, même si orienté mais pas tant que ça. Visite de la DMZ (Zone démilitarisée entre les 2 Corées), musée de la guerre (à faire si on a visité celui de Séoul afin d’avoir une vision pas trop partiale de la guerre de 1950), des principaux lieux « touristiques » de la ville (maison natale du grand père Kim Il Sun, tour Juché, et pleins de statues …)

Courses :

Parcours : très plat, de grandes avenues très staliniennes, un peu monotone …

Nombre de participants : 1 500 coureurs environ toutes courses confondues, 1 000 coureurs étrangers classés dans la catégorie « amateurs », 500 Coréens « pro ». Le ton est donné. Les étrangers ne sont pas véritablement des coureurs, des curieux qui saisissent une occasion pour visiter la Corée du Nord. Par contre, pour les Coréens on n’est pas là pour rigoler, on rit jaune. Sur le semi, je n’ai doublé qu’un coréen, plus précisément une coréenne « pro ».

Ravitaillement : rien … il faut apporter son en-cas. C’est un Label « Bronze » …

Je me suis aligné sur le semi, exceptionnellement … La raison est simple. Les portes du stade sont fermées 4 h après le départ. Les hors délais sont ramenés au stade de force, avec la honte. Pas question de flâner dans les rues de Pyongyang. Et on rate la standing ovation du dernier tour de piste (50 000 personnes allez chercher ça en Occident).

Public :

50 000 personnes dans le stade. Présence obligatoire ou curiosité vis-à-vis d’Occidentaux déjantés ? On ne le saura pas.

En tout cas, digne d’une ambiance de Jeux Olympiques.

Pas de foules immenses sur le bord de la route, mais une assistance raisonnée et raisonnable ! Pas de musique mais des sourires et des « checks ».

Conclusion :

On pourra toujours me reprocher d’avoir alimenté les caisses du Dirigeant Suprême. Mais c’était celle-là ou celle du « white power » chevelu. Et puis j’ai la faiblesse de croire qu’une telle manifestation mobilisant 1 000 étrangers déjantés, courant dans les rues de Pyongyang ont plus d’impact sur le pékin « moyen » du coin, qu’une poignée de main dans la DMZ. Les Russes ont succombé au Coca Cola. Pourquoi les Nords Coréens ne seraient-ils pas contaminés par le hors stade ?"

 

Cliquez ici pour visualisuer la vidéo d'Yvon ici.

 Capture Yvon

 

 

 

Annonces

Nos Partenaires Club

janneau
gazeau brelet
sg
Logo Simon CMJN 0917 01
intersport
groupama
barina
vivreici
Logo Rywan
RTL2

Annonces (mobiles)